L’intelligence émotionnelle

Maxime Flacheron est recruteur chez Synergie Hunt International

Membre du comité communications


Même si l’euphorie de la période des fêtes qui approche à grands pas nous ramène généralement des émotions positives, il reste important de savoir bien les gérer, au même titre que les émotions moins positives. Notre performance à tous peut être voilée par un cadre émotif que souvent, nous ne contrôlons pas. C’est ce qui m’amène à vouloir vous parler aujourd’hui de l’intelligence émotionnelle.

L’intelligence émotionnelle correspond à l’intelligence liée aux émotions. C’est un concept avec des effets positifs sur les plans relationnels, professionnels et sur la santé.

Il existe quatre concepts principaux selon le livre <<L’intelligence Émotionnelle>>, du psychologue américain Daniel Coleman :

  • La conscience de soi et la capacité à comprendre ses émotions, à reconnaître leurs influences et à les utiliser pour guider nos décisions;
  • La gestion de soi, qui consiste à maîtriser ses émotions et ses impulsions;
  • La conscience sociale, qui englobe la capacité à détecter et à comprendre les émotions d’autrui;
  • La gestion des relations, qui correspond à la capacité à inspirer et à influencer les autres tout en favorisant leur développement et à gérer les conflits

Il arrive qu’au travail, nous soyons submergés par plusieurs émotions qui diminuent notre qualité de production et celle de notre vie personnelle en même temps. Ces émotions ont une très grande influence sur notre vie.

C’est pourquoi il faut prendre conscience de ce que l’on vit régulièrement pour mieux se préparer à gérer ces situations. De ce fait, nous finissons par connaître nos déclencheurs psychologiques.

Tous les jours, nous sommes confrontés à des situations qui nous font vivre des émotions positives mais aussi négatives. L’accumulation de toutes ces émotions donne souvent l’impression de perdre le contrôle. C’est pourquoi, lorsque nous atteignons un point où nous devenons trop émotifs, il est nécessaire de se déconnecter. Chacun peut avoir sa manière de se retrouver dans son « havre de paix«  : en fermant les yeux; en respirant lentement… il faut lâcher prise le temps d’un instant !

En relation avec les autres

 Il est important de démontrer de l’empathie envers nos collègues lorsque ceux-ci se sentent moins bien. Une technique très efficace pour y arriver est l’écoute active, cette dernière propose la méthode du reflet. La personne émet un message indiquant qu’elle a un problème. Ensuite, nous devons refléter l’essentiel de ce message en faisant en sorte que la personne nous confirme ou clarifie cette perception.

Lorsque l’on communique, que ce soit pour inspirer les autres, gérer un conflit ou confronter, les émotions peuvent nuire aux discussions. C’est pourquoi, avant de communiquer, il est conseillé de prendre conscience de ce qu’on le ressent, de ce que l’on pense, de ce que l’on fait et de ce que l’on souhaite.

Puis, être plus loin de ses émotions si nous sommes trop émotifs ou être plus près de ses émotions si nous ne le sommes pas assez. Ensuite il faut décider quand s’exprimer : sur le moment ou plus tard? À un interlocuteur ou à un confident? Mais il faut agir, que l’on soit employé, manager, directeur…

Pour résumer l’intelligence émotionnelle en une phrase : c’est identifier son émotion et reconnaître celle de l’autre pour prendre un choix qui respecte les deux.

En marge des congés des fêtes qui seront salutaires pour tous, mon émotion actuelle m’amène à souhaiter à tous, de très joyeuses fêtes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *